Un taxi très original et pas du tout banal !

Nous allons vous parler d’un moyen de transport pour le moins original, que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde que dans cette ville si particulière, et moyen de transport existe même depuis déjà plusieurs siècles…

Ce mode de transport qui est relativement maniable et léger, puisque ce véhicule ne pèse que six cents kilos environ, n’est plus conduit que par une seule personne, un homme ou une femme d’ailleurs, mais plutôt des hommes, comme c’est bien souvent le cas dans beaucoup de métiers très anciens.  Très souvent, si pas toujours, vous verrez que ce véhicule est peint en noir, même si cela n’a pas toujours été le cas…  On vous dira aussi qu’il est également fabriqué avec diverses essences de bois.  Vous ne voyez toujours pas de quel taxi ( https://www.allo-taxi.pro ) nous vous parlons ?

Allez, on va vous aider un tout petit peu, c’est un véhicule qui vous permet de vous déplacer sur l’eau, ah voilà, ça y est, la pièce est tombée et cela se précise dans votre tête, c’est sans doute l’indice qu’il vous manquait, oui c’est ça, nous parlons bien sûr des gondoles de Venise ! Ce mode de transport peut bien entendu être classé dans la catégorie des taxis puisque le gondolier va vous emmener d’un endroit à l’autre de Venise moyennant paiement.

L’histoire des gondoles à Venise

La toute première mention écrite qui nous parle d’une gondole, date de l’an 1092, et on la retrouve dans un décret de la cité des doges.  Cela fait donc près d’un millénaire maintenant, que les gondoles transportent marchandises et personnes dans cette ville si particulière.  Si dorénavant elles sont toutes noires et semblables, ce ne fut pas toujours le cas, et c’est parce qu’en 1562, un doge imposa cette couleur pour faire cesser la compétition infernale et inutile, entre les plus riches familles vénitiennes, qui voulaient toutes la plus belle embarcation de la ville !  On décida donc à cette époque, que dorénavant, toutes les gondoles auraient le même aspect et la même couleur.  Une légende attribue même cette couleur noire, au fait que l’on souhaitait se remémorer et ne pas oublier les épidémies de peste qui avaient frappées la ville, mais elle n’a aucun réel fondement historique.

Avant ce fameux décret, on avait deux rameurs par gondole et on ne pouvait pas vraiment distinguer les gondoles des autres embarcations qui voguaient à Venise à la même époque.  Jusqu’au début de la deuxième guerre mondiale, les riches bourgeois et les commerçants vénitiens, avaient donc tous des gondoliers à leur service, pour les transporter personnellement ou pour transporter leurs marchandises et/ou leurs biens les plus précieux.

La fabrication traditionnelle des gondoles

De nos jours, une gondole coûte aux environs de 20.000 € et elle est fabriquée à partir de 280 bouts de bois qui, une fois assemblés, la formeront.  Ainsi que de deux pièces métalliques que l’on retrouvera à la poupe et à la proue du bateau.  Les essences de bois utilisées pour sa fabrication sont le chêne, le noyer, le cerisier, le mélèze, le cèdre ou le tilleul. Invariablement, la gondole aura une longueur de 10.8 mètres exactement, pour une largeur de 1.38 m et elle pèsera 600 kilos.  Cette embarcation est menée par un seul gondolier qui se tient à la poupe, du côté gauche et qui plongera sa rame dans l’eau, à droite.  Afin que l’embarcation puisse filer en ligne droite, elle sera construite d’une façon un peu asymétrique.  C’est une embarcation très maniable, car elle est légère et plutôt basse.

La rame est, quant à elle, taillée dans un bois indonésien et elle fera précisément 4.20 mètres de longueur, c’est une rame plate et mobile, qui permet au gondolier de se dégager très rapidement en cas de besoin, elle ira s’appuyer sur une pièce faite d’un seul tenant dans un bout de bois, que l’on appelle forcola.  La forcola sera parfaitement adaptée à la taille et au poids du gondolier.  Les échancrures que l’on peut voir sur les gondoles, s’appellent des morsi et elles sont là pour aider le gondolier à faire des manœuvres bien précises, c’est un peu la boîte à vitesse de la gondole, avec la marche avant ou arrière, les rotations droite ou gauche et le tour sur place…

Mais finalement, comment devient-on gondolier ?

Jusqu’en 1980, le métier de gondolier se transmettait tout simplement de père en fils, avec la gondole et toutes les astuces pour bien la mener.  Depuis le concours est ouvert à tous et même aux femmes.  Il suffit de prouver son habilité à ramer, sa courtoisie et son sens du commerce pour l’accueil des touristes et de parler quelques langues étrangères, pour obtenir le précieux sésame et faire partie de la caste des 500 gondoliers que compte le monde… La toute première femme gondolier a obtenu sa licence et son autorisation de mener sa gondole en 2009.  Si vous passez un jour par Venise, vous pourrez la voir ramer dans le quartier de Dorsoduro, allez lui faire un petit coucou…

Sachez que si vous souhaitez prouver au monde et surtout à vos pairs que vous êtes le meilleur des gondoliers, il vous suffira de participer et de gagner, quelques années à la suite, la fameuse et célèbre Regata Storica !  C’est une course nautique qui se déroule tous les ans, très souvent en pleine chaleur, sur 5 kilomètres de long et pour laquelle vous utiliserez des gondoles spéciales et prévues pour la course que l’on appelle gondolinos.  Ces gondoles bien particulières sont une peu plus courtes et aussi un peu moins larges que leurs grandes sœurs. Il ne reste plus que 433 gondoliers à Venise qui ont le permis de naviguer sur les eaux de la ville. Aujourd’hui, les gondoles, comme d’ailleurs beaucoup de taxis ( https://www.fourriere.pro ) utilisés à travers les âges et le temps, ne sont malheureusement plus utilisées que comme attraction pour promener les nombreux touristes qui visitent chaque année les différents ponts et places de Venise…

Search

 

Videos